Pourquoi faire contrôler ses combles est important

Que ce soit le grenier ou les combles perdus, on se rend rarement sous la charpente. Et c’est bien un erreur. Car cette grande partie inhabitée sous la toiture mérite que l’on s’y attarde. Un contrôle systématique et annuel devrait être fait car ces combles sont nos premiers remparts pour protéger notre maison. Plusieurs symptômes m’on inquiétés au printemps, des bruits étranges se faisaient entendre la nuit. J’ai décidé de faire prendre mon courage à deux mains. Je suis allée vérifié mes combles.

Les bois de charpente sont traités pour une période de 20 ans

J’entendais depuis avril des tapotements au niveau des boiseries sur les solives du plancher, le plancher des combles. Ces bruits répétitifs ressemblaient étrangement à ce que mes premières recherches internet suggéraient : l’horloge de la mort. Certains insectes à larves xylophages comme la vrillette (petite vrillette sous le nom de Anobium Punctanum et grosse vrillette sous le nom de Xestobium Rufovillosum) , précisément la femelle, tape le bois pour annoncer aux mâles qu’elle recherche à s’accoupler.  Ces bruits réguliers et secs sont parfaitement audibles, surtout quand on vit seule dans cette grande maison.

Quand les insectes à larves xylophages y font leur nid…

Et Patatra… les pièces de bois sont bel et bien attaqués par ses insectes à larves xylophages. Des trous de 3/4 millimètres ont bien présents sur les solives et sur les pannes, et des traces de vermoulure sont présentes à différents endroits. Je me suis équipée d’un tournevis plat pour tester l’intégrité des solives. Les abouts de poutre sont bel et bien attaqués par ces insectes.

les vrillettes ont commencé à dévorer les solives dans la charpente
Les vrillettes ont commencé à dévorer les solives dans la charpente

J’ai suivi les premiers éléments de diagnostic après être allée sur le site du CTBA, cet organisme qui certifie les entreprises d’imprégnation du bois.

La nécessité de traiter préventivement et curativement quand l’attaque est là

Après ce premier constat, il a fallu faire passer une entreprise spécialisée dans le traitement du bois. La maison a été construite il y a plus de 50 ans. Leur analyse m’a fait découvrir que le bois de charpente est préventivement traitée contre les insectes pour une période de 20 ans. Et qu’au de là de cette période, il vaut mieux prévoir de traiter préventivement tous les 20 ans, ou traiter curativement quand l’attaque est là. Car si on ne traite pas, le travail de destruction du bois que réalisent ces coléoptères pourraient sérieusement endommager les pièces structurelles de la maison.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail